Protection incendie passive : comment mettre son bâtiment aux normes ?

Les exemples de bâtiments industriels ou résidentiels (et autres) ravagés en quelques minutes par les flammes sont malheureusement nombreux. Des catastrophes aux conséquences dramatiques qui ont notamment souligné avec un peu plus d’insistance la nécessité de veiller à une protection incendie passive rigoureuse.

La protection incendie passive consiste en un ensemble de mesures destinées à éviter la propagation rapide des flammes dans l’intégralité d’un bâtiment donné, mais aussi dans les structures de son environnement proche. Des dispositions qui doivent ainsi faciliter l’évacuation des personnes occupant les lieux et l’intervention des secours. Ces derniers qui ont ainsi de meilleures chances de souscrire l’incendie dans les conditions les plus favorables.

En quoi consiste la protection incendie passive ?

Le terme protection incendie passive ou sécurité incendie passive rassemble ainsi plusieurs choses déterminantes amenées à freiner l’incendie de manière significative. Des mesures préventives exigées lors des phases de conception et de construction, concernant les nouveaux bâtiments mais aussi applicables sur des bâtiments qui au départ, n’ont pas été conçus dans cette logique. Un dernier cas qui est d’ailleurs plus complexe tant les anciennes installations peuvent demander un certain nombre d’aménagements pour véritablement opposer cette résistance au feu.

La protection incendie passive vient donc se poser en complément de la protection incendie active. Cette dernière qui est principalement de nature curative et qui consiste donc à éteindre le feu dès qu’il a été détecté. Il s’agit globalement de la mise en place de systèmes dont le rôle consiste à détecter et à éteindre les flammes dans les conditions optimales et le plus rapidement possible. On parle notamment d’extincteurs ou de sprinklers, cet appareil fixé au plafond, qui se déclenche quand la chaleur devient excessive et qui asperge les flammes d’eau pour souscrire l’incendie.

Protection incendie passive et réaction au feu

La réaction au feu consiste à évaluer le plus précisément possible les comportements et l’impact d’un matériau alors que celui-ci est exposé aux flammes. Il peut s’agit de plastique, de bois, de béton ou même de textile. Le but étant de déterminer comment le matériau en question contribue à la propagation du feu.

En France, la norme NF P92-507 s’applique aux matériaux d’aménagement. Elle comprend 5 niveaux classés selon leur degré d’inflammabilité et de combustion. On distingue par ailleurs les différents matériaux selon leur type.

  • Les matériaux de sols longilignes
  • Les autres produits de construction

Une nomenclature qui va déterminer la réaction aux flammes selon deux critères :

  • La teneur des fumées
  • Les débris et gouttelettes produites sous l’effet d’une chaleur importante

Protection incendie et résistance au feu

Il s’agit d’un indicateur qui renseigne sur la durée pendant laquelle une partie complète de l’édifice va conserver ses propriétés originelles face aux flammes. Il peut s’agit du plancher, des murs, des fenêtres, des portes…

C’est ainsi que les mesures à adopter dans le cadre de la sécurité incendie passive sont décidées.

Entreprise spécialisée dans la protection incendie passive, Belfor Prévention intervient sur tous types de bâtiments afin de procéder à la mise en place de tous les équipements nécessaires. Que ce soit en matière de protection incendie donc, mais aussi pour la remise en état après un sinistre et la dépose de matériaux amiantés.Collaborant depuis de nombreuses années avec des situes industriels, dont certains très sensibles (centrales nucléaires), Belfor Prévention met en place de véritables remparts contre les flammes, sécurisant l’intégralité d’une structure, que ce soit au niveau des trémies ou des câbles. Le but étant de procéder à un calfeutrement coupe-feu afin de « séparer » chaque pièce et ainsi éviter qu’en cas d’incendie, le feu ne circule d’une partie à une autre.